Nos astuces pour parler comme un vrai maître-brasseur

Nos astuces pour parler comme un vrai maître-brasseur

BiÉROLOGiE - Passion Pression

Il y a toujours cette personne dans votre entourage qui connaît tout sur tout sur le monde de la bière et vous impressionne par son savoir sans faille. Et si, au prochain apéro, cette personne c'était vous ?

Les bases

Pour passer pour un pro, il faut savoir reconnaître le goût de la bière sans s’emmêler les pinceaux. Et c’est pour ça que c’est hyper important d’arriver à faire la différence entre un arôme, une saveur et une flaveur. On vous réexplique ? 

 

- Un arôme : l’arôme c’est ce que l’on distingue/reconnaît grâce à l’odorat. On peut sentir les arômes d’une bière quand on la sent avant de la déguster : donc par olfaction. Mais aussi une fois qu’on l’a en bouche et que l’on avale la gorgée, les arômes remontent par les voies rétro-nasales : c’est ce qu’on appelle la rétro-olfaction, on sent les odeurs de ce que l’on goûte. 

 

- Une saveur : la saveur, on la perçoit grâce au goût. Là, on est purement sur du gustatif : c’est la perception du goût par les papilles. 

Les 4 saveurs fondamentales : amer, acide, sucré et salé.


- Les sensations trigéminales : ce sont toutes les sensations qui ne sont pas des goûts, ex : l’astringence que laisse une bière en bouche ou sa pétillance. 

 

- Une flaveur : c’est l’ensemble de toutes ces sensations regroupées : un tout que l’on perçoit. 

 

 

Niveau goût ?

Pour ne pas vous faire griller votre couverture, vous devez savoir expliquer ce qu’est l’amertume, l’acidité et l’astringence. Ça à l’air évident comme ça, mais on vous assure que pendant une dégustation on peut en perdre son latin. 

 

- Amertume : une saveur qui est âcre, un peu comme la peau des agrumes ou le café sans sucre. L’amertume s’oppose souvent au sucre et à la douceur. On mesure l’amertume d’une bière par sa teneur en IBU (International Bitterness Unit). Généralement plus le taux d’IBU est élevé, plus la bière est amère (attention ce n’est pas toujours vrai !) 

 

- Acidité : c’est quand la saveur est piquante, vous savez ce petit quelque chose qui fait pétiller les papilles, comme le jus de citron.  

 

- Astringence : contrairement à l’amertume, l’astringence n’est pas un goût. C’est plutôt une sensation : quand une bière laisse un goût âpre et rugueux en bouche, on parle alors d’astringence. 

 

Pour une bière facile à déguster vous pouvez dire qu’elle est : fraîche, légère en goût, douce… 

Pour une bière plus forte en bouche, selon vos ressentis vous pouvez dire qu’elle est : astringente, forte, corsée, amère, râpeuse…

Bref, n’hésitez pas à mettre des mots sur vos sensations ;) 

 

 

Le vocabulaire à avoir en tête

Pour avoir l’air d’un vrai pro de la bière, il faut évidemment avoir le vocabulaire qui va avec et appliquer le bon rituel de dégustation: d’abord regarder (la vue), ensuite sentir (le nez) enfin goûter (en bouche).

 

- L’aspect : avant de déguster une bière, il est important de l’observer. Comment est-elle ? Brillante ? Opaque ? Limpide ? L’aspect d’une bière peut vous en apprendre beaucoup avant même de la déguster.

 

- Le bouquet : c’est l’ensemble des odeurs que l’on identifie lorsqu’on sent une bière : la première sensation qui nous arrive au nez une fois que la bière a été versée dans le verre. On peut ressentir principalement une odeur de fleur, de houblon ou parfois de fruits, cela dépend de la bière. 

 

- En bouche : il s’agit de l'équilibre entre l'amertume, le sucré, l’acidité et la tenue de la bière en bouche. Ce sont les sensations que l’on ressent une fois que la bière est dégustée : au moment où on en prend une gorgée, jusqu’à ce qu’elle laisse sur notre langue et sur le palais.

 

- L’effervescence : c'est-à-dire la pétillance de la bière : est-ce qu’elle a beaucoup de bulles ou non ? Comment évaluez-vous cette pétillance ? 

 

Exemple de phrase de pro : “on sent une première attaque assez amère mais finalement les arômes floraux du houblon se libèrent pour laisser place une flaveur vraiment originale. En bouche, j’apprécie sa complexité mais aussi sa douceur !” 

 

 

Reconnaître les différents styles de bière en un clin d’oeil

- Lager :des bières peu fruitées, d’amertume pauvre à moyenne, elles se consomment fraîches et sont généralement moins alcoolisées que les bières à fermentation haute. 

 

- Stout : une bière brassée à partir de grains torréfiés, vous le reconnaîtrez facilement grâce à son petit goût caramélisé, de café ou même de chocolat. Sa robe pourra aussi vous aider : elle est très foncée, presque noire. 

 

- Porter : le porter est l’ancêtre du stout si on peut dire. Il est un peu moins fort en goût mais sa robe est tout aussi noire. Si vous n’avez pas un palais affirmé, il sera difficile de les différencier. 

 

- Blanche : Les blanches sont des bières de blé, elles se consomment très fraîches et on les reconnaît facilement grâce à leur aspect troublé et à leur goût citronné. 

 

- IPA : elles possèdent un fort taux de houblon puisqu’elles sont brassées en “dry hopping” : on ajoute du houblon après le brassage. Elles sont généralement plus amères que les autres, il est facile de les reconnaître. 

 

- Kriek : les krieks ont un goût de cerise très prononcé car ces bières sont aromatisées avec du jus de cerise.

 

Mais rappelez-vous, on vous avait déjà tout expliqué dans cet article.

 

Alors prêts pour votre prochain apéro ?