L’histoire de l’IPA

L’histoire de l’IPA

BiÉROLOGiE - Grand Champ

Depuis quelques années, la bière IPA a fait son grand retour. Elle trône désormais fièrement sur les comptoirs des bars. Qui est-elle, d’où vient-elle ? On a mené l’enquête.

L’IPA : on en est tous d’Inde

 

C’est le genre de bière qu’on a déjà tous commandé au moins une fois. Car oui, l’IPA (prononcez « aï-pi-hey » et non « ipa »), ça fait connaisseur. Elle provient de la Grande-Bretagne et elle se caractérise grâce à une amertume assez prononcée en bouche. Elle est aussi plus chargée en houblon et d’un degré d’alcool plus élevée qu’une Pale Ale, une blonde classique. Mais savez-vous vraiment ce qui se cache derrière cet acronyme assez clinquant ? India Pale Ale. Mais qu’est-ce que l’Inde peut bien venir faire là-dedans ?

 

Problème de colon

 

C’est l’heure de la minute culture pour se la raconter la prochaine fois que vous commanderez une IPA. Tout débute au XVIIIème siècle, lorsque les Britanniques colonisent l’Inde. Big problème pour ces buveurs de bières : comment fournir leur mousse aux colons ? Imaginez. Cinq mois de traversée en bateau, c’est déjà long pour les hommes mais encore plus pour la bière. Au bout de quelques semaines, la cargaison finit par tourner à cause des changements de température. Les brasseurs britanniques ont donc la brillante idée d’ajouter du sucre, pour augmenter sa teneur en alcool, et du houblon, qui possède des propriétés antibactériennes. Résultat : une meilleure conservation et la naissance de l’India Pale Ale.

 

 

Retour aux sources

 

Si l’IPA revient sur le devant de la scène ces dernières années, elle a longtemps disparu des comptoirs. La faute à la mise en œuvre de la pasteurisation de la bière au XIXème siècle qui détruisait les bactéries en chauffant la bière et réduisait les besoins en houblon. Aux Etats-Unis, l’augmentation des taxes et la période de prohibition enterrent quasiment l’IPA. Mais dans les années 1970, le nombre de microbrasseries explose et la craft beer fait son revival. D’anciennes recettes ressurgissent chez les brasseurs, dont l’IPA, devenue le symbole de la renaissance brassicole dans le monde entier.