La bière pression ne fait pas les choses à demi !

Beertime La biere pression ne fait pas les choses a demi

10179 vues

La bière pression ne fait pas les choses à demi !

 

On entend souvent dire que la bière se déguste à la pression. Mais pourquoi ? Essayons de tirer ça, non pas au fût, mais au clair !

 

Ça gaze pour la pression !
Mise au point à la fin du XVIIIe siècle par l’Anglais Joseph Bramah, la première tireuse à bière avait pour but defaciliter et d’accélérer le service de la bière dans les pubs. Elle était manuelle à l’origine et permettait de « pomper » la bière d’un fût situé sous le comptoir ou à la cave. L’utilisation de fût sous pression et de gaz pour propulser la bière jusqu’à la pompe a donné son nom à la « bière pression » et assuré son succès auprès des amateurs de houblon du monde entier.

La pression brasse les atouts
- Une bière au goût bien frais : la bière passe par un système de refroidissement contrôlé par un thermostat, ce qui lui permet de toujours bien ressortir ses fraîches saveurs ! La température de service varie de 2 à 6 °C, selon le matériel et le type de bière (les rousses et les brunes plus aromatiques sont servies moins froides). Mais de toute façon, impossible de « tirer un demi » si la bière n’est pas assez fraîche !


- Une belle mousse : le CO2 ajouté pour propulser la bière donne une mousse plus dense et une bonne pétillance, en « forçant » le CO2 dissous dans la bière (CO2 saturé) à y rester. Si un beau col de mousse participe au plaisir des yeux, il joue également un rôle important dans le goût : en limitant le contact direct avec l’air, il empêche les arômes et les bulles de disparaître trop vite.

- Une qualité préservée : les fûts sont hermétiques à la lumière, ce qui garantit la bonne qualité de la bière, car elle n’aime pas la lumière. Celle-ci peut détruire les levures participant à la refermentation et, à terme, altérer la saveur de la bière.

 

Servir la pression, c’est tout un art !
Servir un demi pression dans les règles de l’art ne se limite pas à ouvrir et à fermer le bec de la tireuse à bière ! Il convient d’abord de choisir les bons verres, et de les assortir aux bons sous bocks. Ces morceaux de carton buvard qu’on glisse sous les verres permettent de ne pas mouiller la table. Il en existe de toutes les formes et avec des milliers de motifs, souvent représentatifs d’une marque ou d’un événement (série limitée, Brassin de Printemps). C’est d’ailleurs l’une des pièces les plus convoitées par les tégestophiles (les collectionneurs d’objets liés à la bière) !

Le service proprement dit demande un peu d’habileté et d’expérience, notamment pour former une belle collerette de mousse. Quant à la dégustation, elle n’obéit qu’à une seule règle : sitôt servi, sitôt dégusté ! Fragile et délicate, la pression ne souffre pas d’attente, qui risque d’émousser ses arômes et de faire disparaître ses bulles. Mais ça, vous le savez certainement !

 

 

Le seul petit bémol de la pression ? On trouve moins de choix qu’en bière bouteille. Mais à l’inverse, certaines bières de qualité n’existent qu’à la pression. C’est le cas de la fameuse Tigre Bock de Kronenbourg qui vient de resurgir du passé ou encore de la Carlsberg Elephant !

 

 

 

En savoir plus sur les tireuses à bière