Chopes et pintes, deux verres qui ont fait l’histoire de la bière !

7175 vues

Chopes et pintes, deux verres qui ont fait l’histoire de la bière !

 

Dans la grande famille des verres à bière, les deux plus connus et les plus emblématiques sont sans doute la chope et la pinte. Portrait de ces deux stars du comptoir !

 

Et hop, naissance de la chope !

Au XIVe siècle, pour endiguer l’épidémie de peste, l’Empire germanique décida de couvrir tous les récipients destinés à recevoir des denrées alimentaires. Les « pots » à bière reçurent un couvercle en étain, donnant ainsi naissance à la chope. On dit aussi que le couvercle servait à empêcher les insectes de se noyer dans le liquide… Quoi qu’il en soit, le nom chope provient de l’alsacien schoppe qui signifie « grand verre à bière ».

 

Un seul verre, une multitude de formes et de matériaux…

Les chopes en verre ne sont apparues dans les brasseries qu’au XIXe siècle. Avant cela, elles se déclinaient en différentes matières : bois, terre cuite, métal, porcelaine, grès ou émail. Elles possédaient autrefois un couvercle plus ou moins richement décoré. Dans les brasseries allemandes ou tchèques, chaque habitué avait sa chope attitrée. Des milliers ont été fabriquées depuis le Moyen Âge, avec une grande variété de formes, de motifs et d’illustrations. Certaines sont de véritables œuvres d’art et font aujourd’hui le bonheur des tégestophiles (collectionneurs d’objets liés à la bière) !

 

La chope, c’est du costaud !

Au delà du folklore, la chope de bière doit son succès et sa longévité à ses excellentes qualités. Les parois épaisses du verre permettent de conserver la bière à bonne température, de même que l’anse qui évite de la réchauffer. Pratique aussi pour se déplacer sans en mettre partout ! Et le format 50 cl ou 1 l est idéal pour déguster une bonne Helles bavaroise ou une blanche bien fraîche…

 

La pinte, un verre né d’une unité de mesure !

Autant la chope est liée à l’Allemagne, autant la pinte évoque la Grande Bretagne et plus précisément l’Irlande. Son origine remonte à 1698, date où le gouvernement anglais décide de standardiser son système de mesures en instaurant un « système d’unités impérial ». La pinte est née : elle mesurera un peu plus d’un demi-litre (0,56826125 litre exactement !), et sera servie dans l’ensemble des débits de boisson du royaume, Irlande, Écosse et Pays de Galles compris. Encore une particularité britannique !

 

Une pinte de Guinness sinon rien !

Après trois siècles d’existence, la pinte de bière est toujours une institution dans les pays anglo-saxons en général, et dans les pubs irlandais en particulier. Stable, solide et masculin, ce verre a pour difficile mission d’accueillir une autre institution : la Guinness ! Grâce à sa forme ergonomique légèrement bombée et évasée au milieu du col, qui facilite la prise en main et met en valeur les saveurs de la Stout, il s’en tire très bien. Il permet également de bien voir la couleur de sa bière, et facilite la formation d’une belle mousse couleur crème. Très important pour la Guinness servie à la pression, puisque selon la tradition, on doit pouvoir y dessiner un « shamrock » (le trèfle, symbole national irlandais). La pinte a donc été adoptée par Guinness, mais aussi par les autres bières irlandaises. La plupart d’entre elles y ont accolé leur logo, avis aux collectionneurs !

 

Le saviez-vous ?

La pinte a permis de développer des formats dérivés, comme la half-pint (d’où l’appellation demi en France), ou encore le 2/3 de pinte, actuellement en phase de négociation au sein du gouvernement britannique. On ne rigole pas avec les mesures chez nos voisins d’outre-Manche !



 

 

 

Découvrir les autres types de verre à bière